Je veux comprendre… Le dioxyde de titane dans les cosmétiques bio

dioxyde-titane-cosmetiques

Depuis plusieurs mois, le dioxyde de titane est sous le feu des critiques, notamment en raison de sa présence dans les produits agro-alimentaires (le fameux additif E171). Parce qu’on le retrouve également dans les cosmétiques bio, les membres de la Commission Technique Cosmébio vous proposent un décryptage complet.

 

Informations générales sur le dioxyde de titane en cosmétique

 

Qu’est-ce que le dioxyde de titane ?

 

Le dioxyde de titane, également appelé TiO2, se présente sous la forme d’une poudre blanche. Il peut se trouver dans la nature sous différentes formes comme le rutile, le brookite, l’anatase ou encore l’ilménite.

 

brookite
(cristaux de bookite)

Sa présence est décelable dans un cosmétique en cherchant l’INCI « titanium dioxide » ou « CI77891 ».

 

À quoi sert le dioxyde de titane ? Dans quels types de cosmétiques en trouve-t-on ?

 

On trouve principalement du dioxyde de titane dans les cosmétiques suivants : les solaires, le maquillage et les produits de couleur blanche (notamment les soins visage).

Le rôle de cet ingrédient ne va pas être le même d’un produit à l’autre. Parmi ses applications les plus courantes, nous pouvons citer :

  • Pigment blanc : pour la coloration des produits.
  • Opacifiant : pour rendre les formules moins transparentes.
  • Filtre UV minéral : le dioxyde de titane dispose d’une très bonne capacité de réflexion de la lumière, ce qui en fait un ingrédient essentiel des crèmes solaires. Appliqué sur la peau, il offre une très bonne protection contre les méfaits du soleil.

 


À lire également : Zoom sur les nanomatériaux, le Dioxyde de Titane et l’Oxyde de Zinc dans les solaires


 

Pourquoi est-il tant utilisé ?

 

Si le dioxyde de titane est tant utilisé, c’est parce que c’est un ingrédient qui présente de nombreux avantages pour les personnes qui formulent les produits (il est même dans certains cas indispensable) :

  • Sa couleur blanche inégalable
  • Son fort pouvoir colorant et opacifiant
  • Son efficacité en matière de protection contre les UV

 

Pourquoi le dioxyde de titane fait-il débat ?

 

Des nanoparticules qui posent question

 

Au niveau cosmétique, le dioxyde de titane pose question lorsqu’il se présente sous la forme de nanoparticules (une particule 1000 fois plus petite que le diamètre d’un cheveu). Lorsqu’il est de taille nano, il est si petit que les scientifiques craignent qu’il puisse passer la barrière de la peau.

À noter : les nanoparticules de TiO2 n’ont d’intérêt que dans les solaires, car elles permettent d’éviter l’effet blanc « bonhomme de neige » à l’application, et d’assurer une bonne protection sur l’ensemble des rayonnements UV (car elles facilitent l’étalement du produit). Dans les cosmétiques qui l’utilisent pour son effet colorant ou opacifiant, il faut au contraire que les particules soient de taille plus importante (micrométrique).

Quoi qu’il en soit, lorsque le dioxyde de titane est intégré à la formule sous forme de nanomatériaux, la mention [nano] est obligatoirement indiquée juste après lui dans la liste INCI.

 

nano-inci
(image d'illustration, produit non bio)

Un ingrédient classé cancérigène par inhalation

 

À l’heure actuelle, le dioxyde de titane est classé cancérigène possible chez l’Homme (catégorie 2B) par inhalation par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC). Il est ainsi interdit, sous forme de nanomatériaux, dans les aérosols et dans les produits présentant un risque avéré d’inhalation.

En dehors de ce classement, nous ne disposons pas d’étude sur les dangers potentiels du dioxyde de titane qui fasse consensus au niveau de la communauté scientifique. Les marques avancent donc au rythme des nouvelles publications sur le sujet, ce qui prend du temps…

À titre d’information, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a été saisie par la Commission Européenne pour étudier la nécessité de rouvrir l’évaluation de la sécurité du TiO2 en tant qu’additif. Le 4 juillet dernier, l’EFSA a conclu sur la non-nécessité de rouvrir l’évaluation de la sécurité du TiO2 en tant qu’additif.

 

Le dioxyde de titane est-il interdit dans les cosmétiques bio ?

 

Le dioxyde de titane est à ce jour autorisé dans tous les cosmétiques. Lorsqu’il joue le rôle de filtre UV, il est limité à un dosage de 25% du total de la formule (qu’elle soit conventionnelle ou bio).

En cosmétique conventionnelle, les nanoparticules de TiO2 sont autorisées dans tous les produits. En cosmétique bio, les nanoparticules sont quant à elles uniquement tolérées dans les solaires, avec les restrictions suivantes :

  • Moins de 50% en nombre de particules ayant une taille inférieure à 100 nm : soit sur 100 particules, au moins 50 doivent avoir une taille supérieure à 100nm
  • Moins de 10% en masse des particules ayant une taille inférieure à 100 nm : soit sur 100g d’échantillon, plus de 90g doivent être constitués de particules ayant une taille supérieure à 100nm

 


À lire également : Protection solaire : pourquoi choisir une crème solaire bio ?


 

En conclusion, nous pouvons dire que dans ce contexte d’incertitudes, notre association a fait le choix de rédiger une recommandation à l’attention de ses adhérents. Cette recommandation encourage les marques à supprimer le dioxyde de titane de leurs produits ou à le remplacer par une alternative lorsque celle-ci existe. Mais il faut être conscient que si le dioxyde de titane venait à être interdit par le label Cosmébio, cela signifierait qu’il y aurait plus du tout de références en matière de maquillage et de produits de protection solaire.

Cet ingrédient est un véritable défi pour les marques car pour certaines de ses propriétés, il n’existe pas d’alternatives… Ou alors, elles ne sont pas envisageables car elles sont pires que le TiO2 en termes de risques (les filtres UV pétrochimiques des crèmes conventionnelles sont par exemple suspectés d’être des perturbateurs endocriniens).

 



Pour aller plus loin :
 

lien-page-notre-association
lien-page-produits
lien-annuaire-marques-labellisees
lien-page-la-cosmetique-bio

Écrit par

Justine  Justine