Les sulfates et la cosmétique bio | Cosmébio

Les sulfates et la cosmétique bio

mousse-bain

Vous êtes de plus en plus nombreux à regarder les étiquettes de vos produits cosmétiques à la recherche d'ingrédients indésirables. En la matière, les sulfates sont fréquemment mentionnés. Mais attention de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain ! Tous les sulfates ne sont pas à mettre, selon nous, au même niveau. Par exemple, le Sodium Lauryl Sulfate, très décrié par la presse, est autorisé dans les référentiels de la cosmétique bio. La Commission Technique de Cosmébio vous explique pourquoi.

 

Que sont les sulfates et à quoi servent-ils ?

 

Les sulfates sont des tensio-actifs. Le rôle d’un tensio-actif dans un cosmétique est de permettre aux corps gras de se disperser dans l’eau. Ils offrent 3 avantages :

  • Pouvoir moussant : qui n'aime pas se se laver avec un cosmétique qui fait une belle mousse et donne la sensation de se laver efficacement ?
  • Texture agréable  :  le côté fondant d’un bain douche est très demandé par les consommateurs.
  • Qualité à des prix accessibles pour les petits budgets.

 

Quels sont les types de sulfates autorisés dans les cosmétiques bio labellisés Cosmébio ?

 

Les sulfates autorisés en cosmétiques bio sont le sodium lauryl sulfate (SLS) et l’ammonium lauryl sulfate (ALS). Ils sont autorisés dans les cahiers des charges de la cosmétique bio pour 2 raisons :

  1. Origine végétale de ces deux sulfates. L’acide laurique  -  qui est à la base du sodium lauryl sulfate - est issue de l’huile de coco ou de l’huile de palmiste.
  2. Leur procédé de transformation est propre (hydrolyse/réduction…). Il n’engendre pas d’impact négatif sur l’environnement et est conforme aux tests de toxicité aquatique et de biodégradabilité présents dans le référentiel Cosmos.

 

femem-bain

Il est important de ne pas confondre ces deux ingrédients avec le Sodium Laureth Sulfate. Ce sulfate n’est pas autorisé car son processus de transformation, l’éthoxylation, fait intervenir un composé hautement toxique pour les fabricants : l’oxyde d’éthylène. Par ailleurs, plusieurs composés éthoxylés sont controversés en raison de leur rapidité d’absorption dans l’environnement et de leur écotoxicité, notamment pour les milieux aquatiques.

 

Pourquoi certains médias critiquent l’utilisation du sodium lauryl sulfate (SLS) et de l’ammonium lauryl sulfate (ALS) ?

 

Les sulfates sont critiqués pour leur potentiel irritant : ils rendraient la peau sèche et provoqueraient des rougeurs et des démangeaisons. Il est vrai que dans le cas où cet ingrédient serait utilisé pur ou à forte concentration, il serait susceptible d’être irritant pour la peau.

Ce potentiel irritant est bien connu des fabricants de cosmétiques bio labellisés Cosmébio. Ils sont donc particulièrement vigilants sur la concentration de chaque ingrédient afin de respecter la peau (un toxicologue s'assure d'ailleurs de l'innocuité de chaque produit avant sa mise sur le marché, c'est une obligation réglementaire).

Lorsqu'ils sont utilisés dans les cosmétiques bio, le SLS et l'ALS sont intégrés en faible quantité et combinés à d’autres agents apaisants. Par ailleurs, ils sont présents dans des produits à rincer, pas destinés à rester sur la peau, ce qui limite les risques d'irritations.

A noter : le caractère irritant d’un produit est relatif à l’utilisateur et au mode d’utilisation. Un même produit utilisé par deux personnes différentes ne sera pas toléré de la même manière (parce que l'une sera peut-être plus sensible ou mettra une grosse quantité de produit par exemple).

 

Les sulfates sont-ils dangereux pour l’environnement ?

 

Le sodium lauryl sulfate et l'ammonium lauryl sulfate respectent les critères de bio-dégradabilité et de toxicité aquatique imposés par le référentiel Cosmos. C’est pourquoi nous pouvons estimer qu’ils ne polluent pas l’environnement.

 

photo-fleur

Existe-t-il des alternatives aux sulfates ?

 

Oui, il existe plusieurs alternatives, notamment pour les produits destinés aux bébés qui ont la peau plus fragile. Ces alternatives aux sulfates peuvent rendre les produits finis plus coûteux et moins sensoriels.

Il existe par exemple le disodium cocoamphodiacetate, le caprylyl/capryl glucoside ou encore le decyl glucoside.

 

Que signifie la mention « sans sulfates » visible sur certains produits ?

 

La mention « sans sulfates » est encadrée par le Règlement des Allégations Cosmétiques. Ce règlement interdit la mention « sans sulfates » en tant qu'argument de vente principal. En revanche, il la tolère lorsqu'elle est apposée comme information utile à destination des consommateurs.

Ce qu'il faut savoir, c'est qu'en dehors de ce règlement, aucun texte n'encadre la définition de la mention. Ainsi, la mention « sans sulfates » peut avoir plusieurs définitions en fonction des marques. C'est pour cela qu'il arrive qu'elle soit accompagnée d'un astérisque qui reprécise ce qu'elle veut dire vraiment (par exemple *sans tensio-actifs sulfatés). Mais cette précision n'est nullement obligatoire sur le produit.

 

mention-sans-sulfates

 



Pour aller plus loin :
 

lien-page-notre-association
lien-page-produits
lien-annuaire-marques-labellisees
lien-page-la-cosmetique-bio
Écrit par
Julie Lambert  Julie Lambert