Quelles différences entre les ingrédients cosmétiques naturels, d’origine naturelle et biologiques ?

cosmetiques-naturels

Dans un cosmétique, il est possible d’incorporer différentes catégories d’ingrédients cosmétiques issus de la nature. Sur les packagings, ils sont de plus en plus mis en avant pour séduire le consommateur. On vous les présente dans cet article, pour que vous sachiez précisément de quoi sont faits vos produits.

 

Les différences entre ingrédients naturels, d’origine naturelle et biologiques

 

Avant d’entrer dans le vif du sujet, nous tenons à rappeler que les ingrédients « naturels », « d’origine naturelle » ou « biologiques » sont tous issus de la nature. Ils peuvent être d’origine végétale, animale ou microbienne.

Nous souhaitons également préciser que les définitions données dans cet article sont les définitions du référentiel COSMOS, que notre association utilise pour attribuer le label Cosmébio.

 

Les ingrédients naturels

 

Dans un cosmétique labellisé Cosmébio, les ingrédients naturels sont une catégorie regroupant l’eau, les ingrédients minéraux et les ingrédients cultivés ou issus de l’élevage. Dans un produit, ces ingrédients peuvent être incorporés :

  • bruts, c’est-à-dire tels qu’ils ont été récoltés
  • après avoir été extrait ou traité physiquement : par exemple, pression ou broyage d’une graine, macération d’une plante…

Le terme technique utilisé dans le cahier des charges pour désigner ces ingrédients naturels est « agro-ingrédients physiquement transformés » (Physically Processed Agro-Ingredients / PPAI).

 

Les ingrédients d’origine naturelle

 

Les ingrédients d’origine naturelle désignent tous les ingrédients qui ne sont pas obtenus à partir de pétrole. Ils regroupent les ingrédients naturels physiquement transformés (présentés précédemment), ainsi que les ingrédients naturels qui ont été extraits ou traités chimiquement selon les principes de la chimie verte, c’est-à-dire les ingrédients pour lesquels une réaction chimique entre plusieurs éléments naturels a été nécessaire pour permettre leur fabrication.

À titre d’exemple, le savon est un ingrédient chimiquement transformé, car son processus de fabrication, la saponification, est une réaction chimique entre l’huile et la soude.

Les ingrédients naturels sont donc un sous-groupe d’ingrédients d’origine naturelle.

 

Attention à ne pas faire d’amalgames : une transformation chimique n’est pas quelque chose de nocif ! Il ne faut pas la confondre avec un procédé pétrochimique, qui fait intervenir du pétrole dans la réaction, et qui n’est pas conforme avec le 7ème principe de la chimie verte « Utilisation de ressources renouvelables ».

 

Les ingrédients biologiques

 

Les ingrédients biologiques sont des ingrédients naturels ou d’origine naturelle qui ont été cultivés selon les principes de l’agriculture biologique. Les ingrédients biologiques peuvent également être issus de la cueillette sauvage, à condition qu’il puisse être prouvé qu’ils respectent les exigences fixées par les règlementations de l’agriculture biologique.

À noter : l’eau et les minéraux ne peuvent pas être certifiés biologiques, car on ne les cultive pas. Selon les procédés qu’ils subissent pour entrer dans une formule cosmétique, ils seront classés dans les ingrédients naturels ou d’origine naturelle.

 

Quelle répartition de ces ingrédients dans les cosmétiques labellisés Cosmébio ?

 

Dans un cosmétique labellisé Cosmébio, on trouve :

  • minimum 95% d’ingrédients d’origine naturelle
  • minimum 95% d’ingrédients biologiques parmi les ingrédients qui peuvent être certifiés bio (les fameux agro-ingrédients = les ingrédients cultivés ou issus de l’élevage)
  • minimum 20% d’ingrédients biologiques dans le produit fini, c'est-à-dire en comptant l'eau et les minéraux, qui ne sont pas bio (10 % pour les produits minéraux ou à rincer)

 

 

Quelles différences avec les définitions de la norme ISO 16128 ?

 

La norme ISO 16128 est un texte qui définit différentes catégories d’ingrédients cosmétiques. Les industriels l’utilisent afin de savoir quel est le degré de naturalité de leurs produits. Le souci, c’est que contrairement à un cahier des charges comme ceux des labels bio, le texte n’encadre pas les compositions des produits. Pour faire simple, les marques créent leurs produits sans contrainte, puis se réfèrent à la norme ISO 16128 pour savoir quel est le pourcentage d’ingrédients d’origine naturelle de leur produit fini. Du coup, un cosmétique pourra contenir un fort pourcentage d’origine naturelle et contenir des matières controversées, comme des silicones, des parabènes, etc.

 


A lire également : décryptage d'un produit norme ISO 16128.


 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez sûrement :

Écrit par
Justine  Justine