Norme ISO 16128 : les premiers produits d'origine naturelle selon la norme sont en rayon

photo-pot-creme

Le 29 septembre 2017, notre équipe organisait une conférence de presse à Paris pour informer les journalistes de la publication imminente de la norme ISO 16128. Avec le soutien des ONG Générations Futures, Générations Cobayes et WECF, nous alertions sur le risque de tromperie pour les consommateurs à la recherche de cosmétiques plus naturels.

Aujourd’hui, les premiers produits se revendiquant d’origine naturelle selon la norme ISO 16128 sont en rayon. Notre équipe a décrypté la liste INCI d’une crème visage annonçant 88 % d’origine naturelle selon la norme ISO 16128.

Le but est de vous montrer concrètement ce qui peut se cacher derrière ces nouvelles allégations marketing. Pour des raisons légales, nous ne citerons pas de produits, mais vous pouvez réaliser ce décryptage sur tout produit mentionnant la norme ISO 16128.

 

Décryptage d'une crème visage annonçant 88 % d’origine naturelle selon la norme ISO 16128

image-creme-norme-iso

« 88 % d’ingrédients d’origine naturelle selon la norme ISO 16128 », ça veut dire quoi exactement ?
 

Si elle ne se revendique pas "produit bio" ou "produit naturel" (le packaging ne joue pas sur les codes habituels du naturel), la crème décryptée annonce tout de même dans le descriptif produit la présence de 88 % d’ingrédients d’origine naturelle selon les définitions établies par la norme ISO 16128. Pour rappel, la norme établit deux catégories d’ingrédients d’origine naturelle : les "ingrédients naturels" et les "ingrédients dérivés de matériaux naturels".

Ces "ingrédients dérivés de matériaux naturels" sont des ingrédients cosmétiques contenant une proportion de plus de 50 % d’origine naturelle.

Pour calculer ce pourcentage, la marque s’est basée sur « les données matières premières transmises à date par [ses] fournisseurs ». L’allégation ne fait l’objet d’aucun contrôle de la part d’un organisme de certification.
 

12 % d’ingrédients pétrochimiques, dont BHT, phénoxyéthanol, silicone ou encore PEG
 

photo-femme-deception

Sur la quarantaine d’ingrédients qui composent la crème analysée, pas moins de 14 sont des ingrédients polémiques :

  • PEG-100 : humectant fabriqué à partir d'un composant cancérigène dont on peut retrouver des traces dans l'ingrédient final
  • vinyl dimethicone/methicone silsesquioxane crosspolymer : silicone utilisé comme épaississant, processus de fabrication polluant et ingrédient qui améliore l’aspect de la peau ou des cheveux mais non actif sur la cause de la déshydratation
  • decyloxazolidinone : émollient (du gras) et conservateur non-listé
  • phenoxyethanol : conservateur irritant
  • dimethicone : silicone le plus connu, processus de fabrication polluant et ingrédient cache-misère
  • carbomer : gélifiant, pour donner une texture crème
  • sodium polyacrylate : épaississant et émollient, irritant et toxique pour les écosystèmes aquatiques
  • tromethamine : régulateur de pH, libérateur de formaldéhyde, irritant
  • polyvinyl alcohol : agent filmogène, pour donner la sensation que la crème reste sur la peau, mais cela reste un alcool qui désèche
  • PEG-7 glyceryl cocoate : tensio-actif, fabrication qui ramène des impuretés
  • BHT : anti-oxydant pour le produit, très irritant et potentiel perturbateur endocrinien (ANSES)
  • polyquaternium-7 : tensio-actif, non biodégradable
  • ethylhexylglycerin : conservateur non-listé, irritant
  • methylsilanol tri-PEG-8 glyceryl cocoate : émulsionnant

 

Pour rappel, la norme ISO 16128 ne donne que des définitions et des modes de calcul pour établir le pourcentage de naturalité d’un produit donné. Elle ne dit pas ce que doit contenir un cosmétique bio ou naturel (ce que font les labels comme Cosmébio), et n’interdit ainsi aucun ingrédient, même les plus controversés.

 

Un pourcentage sans valeur s'il n'est pas accompagné d'un label
 

L'exemple de la crème décryptée illustre les limites de la norme ISO 16128 et la confusion que cela crée auprès du consommateur.De prime abord, la mention « 88 % d’ingrédients d’origine naturelle » envoie un message positif sur la nature du produit. Or, la liste INCI révèle dans un second temps le caractère ambigu de l’allégation.

Lorsqu'un cosmétique arbore un label comme Cosmébio, vous avez la garantie que le pourcentage élevé d'origine naturelle a été validé par un organisme indépendant et qu'il s'accompagne de l'absence d'ingrédients indésirables.

 

Une campagne publicitaire pour rappeler l’importance du label Cosmébio
 

À partir du 21 février, une campagne publicitaire sera diffusée dans la presse afin de réaffirmer l’importance du label Cosmébio pour la protection des consommateurs à la recherche de cosmétiques plus naturels.
 

campagne-presse-anti-iso

(cette campagne est une initiative indépendante du groupe Léa Nature qui a choisi ses partenaires, non financée par Cosmébio)

 

Elle rappelle ainsi que le label Cosmébio, c’est...

  • Une composition propre et noble : 95 % minimum d’ingrédients naturels et bio, 5 % maximum d’ingrédients pétrochimiques dans une liste clairement définie et des substances controversées non autorisées
  • Un cycle de vie vertueux : sourcing éthique, respect des animaux, procédés de fabrication doux et non-polluants, emballages éco-conçus, plan de gestion des déchets...
  • Une communication transparente : mentions de certification précises, packagings validés par les certificateurs.

 



Nous comptons sur vous pour partager cet article, afin que l’information circule auprès d’un maximum de personnes ! #stopISO16128

➡️ Tous nos articles sur la norme ISO 16128

Écrit par

Marine Pentecôte  Marine Pentecôte